Le Rwanda vient d’adopter une législation sur les sociétés de secours, devenant ainsi le 6e pays au monde à offrir cette option aux entreprises rwandaises. C’est un bond dans la bonne direction pour un pays qui a été à la pointe de l’innovation et des initiatives communautaires. J’applaudis Carter Crockett, cofondateur de Karisimbi Partners, pour avoir lancé cette conversation au Rwanda et ouvert la porte.
pour que cela se produise
. Bien sûr, le gros du travail a été fait par les législateurs rwandais qui ont vu les avantages de cette loi et ont décidé de l’adopter.

Ce que cela signifie pour les entreprises au Rwanda, c’est qu’elles peuvent choisir de s’établir comme une entreprise qui tient compte de toutes les parties prenantes : les travailleurs, la communauté, les travailleurs, les clients, les fournisseurs et l’environnement ; dans le cours normal de leurs activités. Tenir compte, c’est pratiquer les affaires en toute conscience et en pleine conscience. Cela signifie prendre des décisions en tenant compte de l’impact de ces décisions sur les personnes et la planète.

Pendant des années, les Africains ont toujours attendu du gouvernement qu’il crée et mette en œuvre des politiques pour le peuple. Des politiques qui créeront un environnement favorable à l’épanouissement de tous les citoyens et de toutes les entreprises. Pourtant, la corruption est omniprésente. Les entreprises font des économies, échappent à l’impôt, traitent mal leurs employés et agissent au mépris de leur impact sur l’environnement. Dans la plupart des pays, ces politiques existent, mais le défi réside dans la mise en œuvre et le respect de l’état de droit.

Il est temps pour nous de demander aux entreprises de rendre des comptes sur l’impact de leurs activités sur toutes les parties prenantes. Le secteur privé a la possibilité de résoudre ces problèmes en s’engageant à adopter une nouvelle façon de faire des affaires. En tant qu’entreprise, voici quelques questions à considérer : Quelles politiques avez-vous mises en place pour garantir que vos employés puissent mener une vie décente ? Les payez-vous au salaire minimum ou au salaire de subsistance ? À quelle vitesse payez-vous vos fournisseurs pour que leurs entreprises prospèrent également ? Quelle qualité de produits ou de services fournissez-vous à vos clients ? Quel impact vos pratiques commerciales ont-elles sur l’environnement ?

Dans le monde entier, les entreprises prennent position pour faire de leur existence une force du bien, un vecteur d’impact positif pour toutes les parties prenantes. Veiller à ce que les communautés dans lesquelles elles opèrent se portent mieux grâce à leur présence. Elles choisissent de devenir des sociétés B et, lorsque leur pays le permet, des sociétés de bienfaisance. Il existe plus de 10 000 sociétés de bienfaisance dans le monde et plus de 3 800 sociétés B certifiées. Votre entreprise est-elle prête à prendre position ?


A propos de l’auteur

Ngwing Kimani est le directeur exécutif de B Lab East Africa(www.b-labafrica.net). Passez l’évaluation de l’impact B et mettez votre entreprise sur la voie du succès en mesurant ce qui compte. Visitez www.b-labafrica.net/b-impact-assessment